Enseignement à distance, comment les enseignants s’adaptent-ils ?

Depuis le début du confinement, le vendredi 20 mars 2020, cela fait presque deux mois que les enseignants et les élèves pratiquent l’enseignement à distance.

Nous avons interrogé deux enseignantes, Delphine RAJABALEE, enseignante de Mathématiques au lycée et Sophie KHOODOO, enseignante de CE2 – 2 au primaire, pour connaitre leur sentiment sur cette nouvelle façon d’enseigner.

 

Situation exceptionnelle oblige, les enseignants doivent s’adapter. L’utilisation de nouveaux outils de communication comme zoom est nécessaire. Comment s’est déroulé la mise en place de cette nouvelle organisation ?

 

Delphine : « La mise en place matérielle a été assez rapide. C’est assez simple de créer une réunion et de contacter les élèves pour fixer une visio. Cependant, en terme de mise en place pédagogique, c’était plus difficile.  Nous ne sommes tout simplement pas formés pour ce genre de cours à distance. Les premières visios étaient surtout pour prendre contact avec les élèves et j’en étais loin d’être satisfaite. Il est vrai qu’il est dur à distance de saisir les regards habituels des élèves qui ne comprennent pas et/ou qui sont à l’aise. »

 

Sophie : « Ce n’est pas simple et cela m’a demandé un peu de temps pour trouver les outils adaptés et qui me conviennent. Zoom est l’un de ces outils. Il m’a permis de garder un lien avec mes élèves. Au départ, j’ai fait avec ce que j’avais : Word, envoi du travail par mail, utilisation plus intensive de Pronote. Ensuite, j’ai découvert Google Form et Quiziniere ; c’était plus simple pour envoyer le travail aux enfants et pour avoir un retour : les enfants m’envoient automatiquement leurs copies et, de mon côté, je peux leur faire parvenir leurs exercices corrigés avec des annotations en retour. »

 

Quelles modifications pédagogiques avez-vous dû faire pour vous adapter à cette situation ?

 

Delphine : « J’ai dû réadapter pratiquement tous mes cours, chercher des vidéos pertinentes et dans le sens de mon enseignement habituel, consulter parfois certains collègues qui ont fait leur propre vidéo. Heureusement, la communication et le partage de ressources entre collègues de maths est bien efficace, ainsi j’ai mis en place un padlet, puis des QCM sur Pronote qui me permettent de savoir où les élèves en sont au niveau de leur apprentissage. »

 

Sophie : « Comme nous n’avons pas les enfants en face de nous, il a fallu anticiper davantage : penser à leurs réactions face à telle ou telle situation ; essayer de répondre aux éventuelles questions avant même que les enfants s’interrogent. On le faisait déjà avant mais là il faut vraiment essayer de penser à tout quand on travaille à distance. »

 

Quelles sont les réactions des élèves à cette nouvelle manière d’enseigner ? Ont-ils réussi à s’adapter ?

 

Delphine : « L’adaptation des élèves a été rapide, certains préféraient même travailler de cette manière ! Mais avec le temps qui passe, finalement, le contact social de l’école leur manque et les écarts entre ceux qui arrivent à travailler et les autres se creusent malgré mes efforts personnels déployés. »

 

Sophie : « La plupart des enfants (et des parents) se sont très vite adaptés. Les principales difficultés rencontrées sont la connexion et la disposition d’un matériel informatique. »

 

Après près de 2 mois d’enseignement à distance, quelle est le premier bilan ?

 

Delphine : « Bilan assez mitigé. Je trouve personnellement très dur et très frustrant, car nous n’avons pas de prises sur les élèves qui n’arrivent plus à travailler et/ou qui ne comprennent plus notre matière … Je change au fur et à mesure la manière dont je gère les visios, essayant toujours de pouvoir faire passer quelques notions, mais ce n’est pas évident. »

 

Sophie : « Avec le confinement, on essaie d’avancer malgré tout, tant bien que mal, dans le programme. Mais le manque de contact peut démotiver. Personnellement mes élèves me manquent. »

 

A la prochaine rentrée, pensez-vous que cette expérience d’enseignement aura une influence sur votre pédagogie au moment de la reprise des cours ?

 

Delphine : « Effectivement, je pense que je réutiliserai pas mal de travaux mis en place durant le confinement, comme les QCMs sur Pronote, les exercices en autonomie avec autocorrection pour les élèves à l’aise, les vidéos intéressantes trouvées sur le web pour préparer ou réviser un cours. Cela m’a permis de voir d’autres méthodes de travail qui peuvent-être aussi intéressantes et efficaces. »

 

Sophie : « Oui sans aucun doute. On se rend compte qu’il est important de rendre nos enfants/élèves autonomes afin qu’ils puissent se débrouiller quelle que soit la situation (pédagogique ou autre). »

 

 

Bon courage à tous les enseignants !

 

Texte : Sophie KHOODOO (enseignante de CE2 – 2), Delphine RAJABALEE (enseignante de mathématiques au lycée) et Clothilde SAMOUILHAN

Photos : Sophie KHOODOO et Delphine RAJABALEE