Message de rentrée d’Olivier BROCHET, directeur de l’AEFE

Transcription du message :

Bonjour à toutes et à tous,

Six mois après ma prise de fonction, je suis heureux d’effectuer à vos côtés, avec tous les personnels de l’AEFE, ceux du siège parisien et nantais et ceux du réseau, cette nouvelle rentrée scolaire.

C’est un moment important pour la communauté scolaire dans tous les établissements. Un moment symbolique aussi où l’on passe en revue les projets de l’année mais avant tout un moment chargé d’émotion.

Pour les élèves d’abord qui reprennent le chemin de nos écoles et auxquels je souhaite une excellente année.

Pour leurs parents qui les y accompagnent parfois pour la première fois, avec un pincement au cœur en les confiant à l’équipe éducative. Mais qui aussi, pour certains, entament avec leurs enfants une année qui les conduira à passer un examen important, voire à quitter le réseau après quinze années passées dans nos écoles.

Et bien entendu un moment d’émotion pour tous les enseignants, les équipes administratives et techniques des établissements, qui s’apprêtent à donner le meilleur de ce que l’enseignement français peut offrir, avec enthousiasme mais en se posant, c’est bien légitime, des questions sur ce que sera cette nouvelle année.

Cette nouvelle année, nous pouvons l’aborder sous le signe de la confiance.

1 – Confiance tout d’abord dans la qualité de l’enseignement dispensé dans les écoles du réseau français à l’étranger. C’est pour nous absolument essentiel.

L’excellence des résultats enregistrés une fois encore par les élèves du réseau dans les épreuves du DNB et du baccalauréat en est le meilleur symbole.

Une fois de plus, 2019 est un excellent cru pour les établissements d’enseignement français à l’étranger avec notamment plus de 97 % de réussite au baccalauréat dont plus de 76 % avec mention, un pourcentage chaque année en progression.

Je tiens à féliciter chaleureusement les lauréats pour l’excellence de leurs résultats et remercier les familles pour la confiance qu’elles ont accordée à l’enseignement français. Et pour ceux qui nous quittent, le bac en poche, leur souhaiter le meilleur succès dans leurs études supérieures en France ou dans de grandes universités étrangères. J’ai une pensée particulière pour ceux d’entre eux qui ont obtenu une bourse Excellence-Major, au vu de l’excellence de leurs résultats, et qui intègrent en France les filières les plus sélectives, avec le soutien de l’Agence et du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères pendant cinq ans.

Nouveaux bacheliers, je vous invite toutes et tous à ne pas perdre le contact avec nous et à rejoindre les associations d’anciens élèves et l’association des anciens élèves des lycées français du monde, l’ALFM. Ce lien entre les générations est important pour vous comme pour les établissements, le réseau et vos camarades plus jeunes. Je me félicite à cet égard du succès de la dernière édition du forum mondial des anciens élèves des lycées français du monde qui s’est déroulée à Tunis : une belle illustration de la mobilisation des anciens élèves.

Mais quelles que soient les qualités des lauréats, ces très bons résultats, en progression constante, sont surtout le fruit d’un travail collectif durant quinze années de scolarité pour assurer le meilleur enseignement possible, de la maternelle à la terminale.

C’est une réussite collective, dont nous pouvons être fiers, qui tient à la fois aux qualités du modèle éducatif français et au professionnalisme et à l’engagement des enseignants et de tous les personnels. Je souhaite ici tous les en remercier. Mais c’est aussi grâce à l’engagement à nos côtés des parents et de leurs représentants au sein des associations et des organismes gestionnaires. Grâce à l’attention aussi portée par nos ambassades et par les élus au bon fonctionnement des établissements. Et puis, ne l’oublions pas, grâce au fonctionnement en réseau, une spécificité de l’enseignement français.

La croissance des effectifs scolarisés montre que cette qualité est reconnue. La dernière campagne d’homologation en témoigne. Et je tiens ici à saluer tout particulièrement les 10 000 nouveaux élèves qui intègrent l’enseignement français à l’étranger en cette rentrée. Notre réseau compte désormais 523 établissements accueillant plus de 365 000 élèves, et conforte ainsi sa place de premier réseau éducatif mondial.

– Cette croissance, elle doit s’amplifier, ainsi que le président de la République nous a engagés à le faire. Cette perspective contribue à l’esprit de confiance qui doit nous animer en cette rentrée.

Vous le savez, sous la direction des ministres des Affaires étrangères et de l’Éducation nationale, nous travaillons depuis dix-huit mois, avec l’ensemble des partenaires de l’enseignement français à l’étranger, à la préparation du plan de développement de l’enseignement français à l’étranger qui doit nous permettre doubler les effectifs d’ici 2030.

Le président de la République, lors de son allocution du 27 août devant les ambassadeurs de France réunis à Paris, l’a validé et le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères en a présenté les grandes lignes le 29 août.

C’est un projet ambitieux !

C’est aussi un projet innovant, piloté stratégiquement et c’est un projet cohérent.

Les ministres en préciseront dans les prochains jours, à l’occasion notamment de déplacements dans les établissements du réseau, les grands axes et objectifs.

L’AEFE sera au cœur de sa mise en œuvre avec chacune et chacun d’entre vous, avec tous les établissements et j’aurai l’occasion de présenter dans les prochaines semaines, à l’ensemble des partenaires, les actions que nous allons engager. Je souhaite seulement à ce stade souligner que ce plan de développement est une vraie chance pour notre réseau.

Il marque la confiance des autorités françaises au plus haut niveau dans nos écoles et leur certitude qu’en travaillant collectivement nous pouvons consolider l’enseignement français comme une référence incontestable à l’international. À cet égard, l’octroi à l’AEFE de moyens financiers publics supplémentaires, 25 M€, annoncé par le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères devant les ambassadeurs, est un signal fort de la volonté qui anime le gouvernement français. Ils vont nous permettre d’investir davantage dans les établissements existants pour accroître leur qualité et leur compétitivité. Ils vont aussi nous permettre d’accompagner les établissements qui rejoignent le réseau pour bien les intégrer. Je pense en particulier à l’effort supplémentaire que nous allons engager dans la formation des personnels et notamment celle des enseignants recrutés localement. À cet égard, nous travaillerons dès cet automne à mieux structurer notre dispositif de formation par la création d’instituts régionaux de formation.

Pour réussir sur la voie qui nous est tracée, nous allons nous appuyer sur nos atouts et sur notre capacité d’innovation qu’il faut faire mieux connaître à de nouveaux publics qui recherchent une éducation internationale de qualité et riche de valeurs fortes, à même de former les citoyens dont le monde de demain a besoin. Ainsi que le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse nous y invite, nous devons contribuer par cette croissance à l’affermissement de la France comme puissance éducative, ce qui donnera encore plus de valeur aux études que suivent les enfants actuellement scolarisés dans notre réseau.

Ce réseau a un bel avenir devant lui et nous devons, ensemble, contribuer à accroître sa notoriété.

Le nouveau baccalauréat nous y aidera et nous allons nous attacher, avec le ministère de l’Éducation nationale, à en faire connaître tout l’intérêt auprès des grands établissements d’enseignement supérieur étrangers.

Mais l’excellence éducative pour tous commence, nous le savons bien, dès la maternelle ! C’est même là l’une des forces principales du réseau et nous allons continuer à renforcer cette attractivité, en lien avec les parents et les enseignants.

Nous devons également poursuivre l’effort engagé en faveur du développement d’un véritable enseignement plurilingue, tout en garantissant bien entendu la parfaite maîtrise du français. Ce sont là des éléments déterminants pour marquer la différence avec les autres écoles internationales qui sont rarement plus que bilingues. L’apprentissage renforcé des langues vivantes, dès le plus jeune âge, est au cœur du projet d’enseignement que les établissements doivent porter. Tout comme les valeurs portées par l’éducation à la française : la liberté de pensée, l’esprit critique, la formation citoyenne, l’égalité filles-garçons.

Dans un contexte concurrentiel croissant, les établissements d’enseignement français doivent plus que jamais marquer qu’ils assurent une éducation internationale de grande qualité, épanouissante, qui ouvre les portes des meilleurs établissements d’enseignement supérieur dans le monde, mais aussi qu’ils ont pour mission de former les citoyens responsables, éclairés et engagés de demain. Il s’agit d’une responsabilité collective à laquelle l’AEFE est particulièrement attachée.

Et parmi ces valeurs portées par le projet français, il y a celle d’une école inclusive qu’il faut décliner dans tout le réseau. La loi sur l’École de la confiance du 28 juillet dernier y accorde une importance toute particulière et elle doit être un axe fort du développement de tous les établissements d’enseignement français à l’étranger, notamment pour favoriser l’accueil des élèves à besoins éducatifs particuliers.

Cet engagement citoyen et cette solidarité qui sont au cœur de notre démarche éducative et des valeurs portées par nos établissements, je souhaiterais que nous puissions en témoigner davantage encore à l’occasion du prochain Téléthon en décembre prochain. Plusieurs établissements du réseau sont déjà engagés et les équipes de recherche sur les maladies génétiques que j’ai pu rencontrer en juillet dernier, lorsque  je me suis rendu dans les laboratoires du Généthon, m’ont dit leur attachement à ce partenariat avec les écoles du réseau. J’encourage donc les équipes à se mobiliser pour stimuler chez nos élèves la passion pour la science tout en s’engageant dans un projet solidaire unique au monde dont l’AEFE est fière d’être partenaire.

3 – La confiance dans l’avenir, repose enfin sur le bon fonctionnement de ce réseau que l’Agence a pour mission d’animer. C’est un atout supplémentaire et distinctif pour les établissements qui en font partie. Il doit continuer à être utilisé et valorisé pour tout ce qu’il nous apporte.

Je pense en particulier au succès d’AGORA Monde, la plateforme d’échanges dédiée aux questions d’orientation, qui réunit plus de 60 000 lycéens et jeunes anciens du réseau. Je pense aussi au programme ADN-AEFE, un dispositif mondial absolument exceptionnel qui a permis cette année à plus de 500 élèves de seconde de bénéficier d’un échange scolaire avec un autre élève du réseau. Compte tenu de son succès, nous allons amplifier ADN-AEFE et je suis certain que, dès cette année, nous aurons 1 000 élèves qui y prendront part !

La vitalité et la richesse du réseau, ce sont aussi les Jeux internationaux de la jeunesse que j’ai eu le plaisir de vivre au Liban aux côtés de plus de 400 jeunes et des adultes les encadrant. Un temps fort de convivialité, de partage et de dépassement de soi que nous rééditerons en 2020 à Chicago.

Ce sont aussi les qualités linguistiques et oratoires de nos élèves, mises en valeur lors de l’opération Ambassadeurs en herbe. Ou bien encore la mise en valeur de la qualité de l’enseignement artistique et culturel et des talents de nos élèves avec en particulier la prestation annuelle de l’Orchestre des lycées français du monde, dans le grand auditorium de la maison de Radio France. Une véritable prouesse technique et pédagogique, unique sans doute au monde, qui réunit musiciens professionnels et élèves musiciens et chanteurs issus des cinq continents.

Toute cette richesse, toutes ces ambitions, toutes ces innovations, il est important que nous les affirmions avec force et les fassions mieux connaître. La 3e édition de la Semaine des lycées français du monde en novembre prochain, dont le thème sera « De la maternelle au baccalauréat : l’enseignement français pour réussir », nous donne l’occasion de le faire dans tous les établissements d’enseignement français, quel que soit leur statut.

Mesdames, messieurs,

En cette rentrée, notre feuille de route est ambitieuse mais exaltante. Ensemble, nous sommes appelés à faire preuve d’imagination et d’engagement pour faire rayonner et partager les qualités et les valeurs qui sont l’essence même de notre réseau d’enseignement français à l’étranger.

Une nouvelle page va s’écrire avec vous.

En 2020, les 30 ans de l’AEFE seront l’occasion de célébrer les belles réalisations de l’Agence et du réseau des établissements d’enseignement français dans le monde qui, depuis 1990, a déjà doublé ses effectifs et renforcé sa qualité. Ce sera aussi l’occasion de fixer, ainsi que le président de la République nous y invite, un nouveau cap vers 2030 pour que notre réseau soit plus encore qu’aujourd’hui une référence éducative incontestable.

Belle rentrée à toutes et à tous et très bonne nouvelle année scolaire !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s